Coris Innovation à l’international !

mbotte janvier 30, 2019

Guillaume est consultant chez Coris Innovation depuis 2 ans. Automaticien de fonction depuis 10 ans, il développe des programmes pour automatiser des machines industrielles. Après plusieurs missions pour Coris Innovation chez des clients de la région, Guillaume s’est envolé en septembre 2018 pour 3 mois de projet en Russie ! Il a posé ses valises, plus précisément à Volgograd, anciennement Stalingrad, située sur la rive ouest de la Volga. Voici un aperçu de son aventure soviétique !

Quelle était ta mission lors de ce projet ?

C'était un commissioning pour la mise en route et le suivi du démarrage d'une machine de nettoyage d'anode dans une fonderie d'aluminium à Volgograd à 1000kms au sud de Moscou. 
La partie mécanique étant pratiquement terminée, j'ai suivi la fin de l'installation de la partie électrique et j'ai effectué la mise au point de la partie automatisme.

Comment t'es-tu adapté à ce nouvel environnement de vie et de travail ?

C'était un peu compliqué car les gens ne parlent pas du tout notre langue ou presque pas (même à Moscou) et l'alphabet étant très différent il était quasiment impossible pour moi de comprendre ce qui était écrit sur les panneaux ou autres. L'échange avec le client prenait beaucoup de temps car il fallait toujours parler avec une traductrice, qui était heureusement présente pour m’aider !

En ce qui concerne le climat, le temps était plutôt sec mais la fin de mission, en décembre, était plutôt froide (jusqu'à un ressenti à -20°C) et surtout avec un vent très froid !

Le point qui m'a le plus surpris c'est le contact avec les gens qui sont très chaleureux une fois que l'on commence à les connaître.

Comment était l’accompagnement de Coris Innovation pendant ton voyage ?

C'était assez simple grâce aux échanges par mail pour communiquer sur le projet et les aspects administratifs ou par WhatsApp pour des prises de nouvelles. Il n'y a pas eu de revue de projet pendant les 3 mois car ce n’était pas possible avec la distance (quoi que Stéphane aurait bien voulu venir faire une revue de projet sur place ! 😉 )

Qu’est-ce qui a été le plus dur pendant cette mission ? 

C'était, je pense, l'isolement avec la société qui n'était pas sur site du client final mais sur son site à Lyon. Le travail se faisait donc la plupart du temps en solitaire. L'éloignement de ma famille était aussi, quelque chose d'assez difficile même si je passais beaucoup de temps au travail. J’ai eu la chance de passer quelques jours avec eux à Moscou !
Le coté sécurité a été aussi un peu difficile à gérer car leur gestion de la sécurité est en fait quasi inexistante !

Qu’est-ce que t’a apporté cette mission, personnellement et professionnellement ? 

C'était une mission, au final, très profitable malgré les conditions de travail difficiles ainsi que les conditions climatiques rudes. En effet, les relations humaines ont été très enrichissantes au cours de cette mission, principalement avec mes collègues venues des quatre coins du monde ! Professionnellement, elle m'a permis de progresser sur l'autonomie et de découvrir un nouveau mode de travail.

D’une hauteur de 58 mètres de haut, la « Mère-Patrie » de Volgograd est une interprétation actuelle de la Victoire. Erigée en 1967, elle garde la ville et défie les ennemies avec son épée pointée vers le ciel.

Mon premier repas en arrivant à Volgograd : un Bortsch ! Une soupe typique de Russie à base principalement de betterave et de chou.

La « Volgograd-Arena » était située juste à côté de mon Hôtel. Le stade a été construit à l’occasion de la coupe du monde 2018 !

Facebooktwitterlinkedinmail