La cosmétique, boostée par l’innovation

mbotte février 21, 2019

En France, la cosmétique tient une place majeure dans l’économie du pays. Deuxième poste d’exportation le plus important après l’aéronautique, la France est Leader mondial sur ce marché. La cosmétique regroupe tous les produits ou services dédiés à la beauté : parfums, hygiène, maquillage, capillaire, soins…
D’après la FEBEA, 80% de ces produits sont fabriqués en France, un marché qui pèse 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans le pays en 2017. Grâce à la force de ce secteur, celui-ci emploie plus 55 000 employés directs et plus de 79 000 entreprises en France sont liées à la fabrication de produits cosmétiques.

Mais malgré une image et un savoir-faire intacts, la concurrence est de plus en plus présente, notamment avec l’arrivée des pays asiatiques dans la course. La cosmétique est aussi confrontée aux nouvelles exigences des consommateurs, à la recherche de transparence, de personnalisation et de produits connectés.

Pour répondre à ces besoins, les entreprises n’ont pas d’autres choix que d’innover ! Pour cela, les grands noms de la filière se sont regroupés au sein de la Cosmetic Valley, un technopôle français, qui soutient et développe les innovations de demain. 

Découvrons les nouveautés qui vont révolutionner la beauté !

La personnalisation

La personnalisation est très recherchée par la clientèle aujourd’hui. Un produit doit s’adapter à la typologie de peau de chacun et cela devient possible grâce aux data collectées par les technologies.

Laboratoire Romy

Au top de cette technologie, nous retrouvons une start-up française, Romy, qui a développé un laboratoire à domicile ! En effet, celui-ci connecté à un bracelet porté par la personne, parvient à savoir exactement le type de crème nécessaire suivant les jours. Il analyse votre environnement, la météo, votre sommeil… et vous fabrique en quelques minutes la formule parfaire grâce à des algorithmes.

Application MaskiD de Neutrogena

Dans la même lignée, l’analyse faciale est de plus en plus utilisée par les entreprises de la cosmétique. Elle permet en effet d’analyser la peau, ses teintes, ses reliefs mais aussi la texture de vos cheveux pour vous conseiller les meilleurs produits. Revieve a par exemple, développé en collaboration avec Alexa, assistant vocal d’Amazon, une intelligence artificielle qui fait un diagnostic de votre peau et vous permet d’acheter directement le produit adéquat sur la plateforme.

Pariant aussi sur la personnalisation, Neutrogena permet via une application, de créer des masques visages sur-mesure imprimés en 3D, à partir des informations fournies et de l’analyse de votre visage.

Les objets connectés

Les objets connectés ont eux aussi explosé dans la cosmétique. Nous retrouvons ainsi des patchs connectés, développés par le laboratoire La Roche Posay en collaboration avec MC10, qui enregistre en temps réel la dose d’UV que reçoit votre corps. Ainsi cela permet de suivre sur une application son exposition, de recevoir des conseils et de protéger sa peau.
La start-up française Wired Beauty est allée encore plus loin, en développant un masque connecté, qui en plus d’analyser votre peau, est légèrement chauffant pour optimiser la pénétration de la crème.

Masque Mapo by Wired Beauty

La réalité augmentée

Comment échapper au phénomène de la réalité augmentée ? Le secteur de la cosmétique est lui aussi bien concerné. Nous retrouvons en effet, un grand nombre d’entreprises utilisant cette technologie. L’utilisation la plus fréquente est celle de la visualisation. Visualiser un maquillage, une nouvelle coupe de cheveux, une nouvelle couleur… cela est devenu un véritable outil marketing pour les marques. Le simulateur, Makeup Genius de l’Oréal, permet via une application, de reproduire son visage sur l’écran et de pouvoir tester sur soi les différents produits de la marque.

La composition du futur

Imprimante 3D Poietis

En termes de beauté, les consommateurs sont aujourd’hui de plus en plus sensibles à leur composition et leur origine. Deux start-up, là encore françaises, ont étudié des microorganismes (bactéries, champignons…) pour développer de nouvelles innovations dans la recherche cosmétique. La première, Poietis, a mêlé tissus biologiques et impression 3D pour fabriquer de la peau et ainsi substituer les tests menés sur les animaux.
La deuxième start-up DayDry, propose quant à elle un déodorant naturel grâce aux probiotiques, des organismes vivants. Ils utilisent en effet le microbiote cutané qui combat les bactéries à l’origine des mauvaises odeurs !

Grâce à ces objets connectés, ces innovations et la personnalisation, les géants, comme les start-up, de l’industrie cosmétique peuvent proposer une nouvelle manière de consommer les produits de beauté et de vivre ainsi une nouvelle expérience.
 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail