Le marché des véhicules électriques : objectif 0 émission

mbotte novembre 5, 2018

Epuiser les ressources en énergies non-renouvelables, polluer, dépenser de l’argent en essence, faire du bruit…Autant de défaillances assimilées aux voitures thermiques.

Pour contrer cela, la voiture électrique est la solution privilégiée par le gouvernement mais aussi par les constructeurs de plus en plus impliqués sur la thématique électrique.

En France, depuis ces dernières années le marché du véhicule électrique est en constante augmentation, avec un été 2018 en hausse de +12.7% par rapport à 2017 ce qui représente la vente de 4161 véhicules. Même si ce chiffre est plus faible que celui de l’année précédente (+34.6%), le marché de l’hybride rechargeable vient compenser cela avec une hausse de +69.31% , d’après Avere France. Dans le monde, en 2017, on compte 800 000 voitures électriques vendues, avec une estimation de 5 millions de véhicules en 2025.

Evolution des immatriculations de voitures électriques particulières entre 2013 et 2018 en France

 

Bien que la France se classe dans la top 10 des pays circulant le plus à l’électrique, ce classement est dominé par la Chine et les Etats-Unis. D’après Statista, la Chine représente d’ailleurs plus de la moitié des ventes mondiales de voitures électriques, pas étonnant que le premier constructeur de ces véhicules soit une marque chinoise : BYD !

En Europe pourtant, les constructeurs n’hésitent plus aujourd’hui à miser sur l'électrique. Renault fût le précurseur en France avec sa voiture ZOE, aujourd’hui encore véhicule électrique le plus présent du pays. Le constructeur promet d’ailleurs 8 nouveaux modèles électriques d’ici 2020.

Mais la concurrence n’est pas à la traîne puisque PSA a annoncé que 50% de ses modèles seront électriques d’ici 2020. La marque haut de gamme Jaguar a également pris le parti de construire un modèle électrique à chaque véhicule thermique. D’autres comme Volvo ont l’envie de passer à l'électrique définitivement avec un plan 100% électrique ou hybride après 2019 !

D’ailleurs, faisons un petit point sur la différence. Il existe premièrement le “full” électrique c’est-à-dire les véhicules équipés uniquement de batteries au lithium avec une autonomie moyenne de 350 km en milieu urbain.

Secondement, l’hybride, équipé d’un moteur classique qui relaye de l'énergie électrique récupérée lors de phase de freinage ou de décélération afin de parcourir de longues distances.

La dernière possibilité est l’hybride rechargeable doté d’un moteur essence ou diesel mais doté aussi d’un moteur électrique pouvant être rechargé à partir d’un réseau électrique.

 

Ces véhicules procurent des avantages non-négociables. Réduction des émissions, silencieux, doux, parfois plus rapide, demandant moins d’entretiens, les véhicules électriques répondent aux enjeux énergétiques et économiques. D’ailleurs l’essayer c’est l’adopter ! Les utilisateurs de véhicules électriques sont en effet plus satisfaits que les utilisateurs de véhicules classiques. Par exemple le taux de satisfaction est de 98% pour l’utilisation de ZOE et de 95% pour la Kangoo ZE contre seulement 60% de satisfaction pour une voiture classique.

En ce qui concerne les performances ? Les voitures électriques ne sont pas en reste. Cette année par exemple, sur le circuit de Laguna Seca aux Etats-Unis, le temps réalisé par la Jaguad I-Pace se place entre une Subaru WRX STI et une Ford Focus ST. Ce qui n'est pas rien, d'autant plus que les voitures électriques sont, aujourd'hui, largement pénalisées par le poids des batteries. Autre exemple, toujours en 2018, sur la célèbre course de Pikes Peak, ou le record de la course a été pulvérisé de 16 secondes par un prototype électrique Volkswagen conduit par le Français Romain Dumas.

Cependant les véhicules électriques ne sont pas encore parfaits ! En effet plusieurs questions se posent. Est-ce si écologique, compte tenu des batteries contenant des métaux lourds et de la pollution émise par la production d’électricité ? En chine, par exemple, où l’électricité est produite à partir de charbon, une voiture électrique est même plus polluante qu'une voiture thermique ! Les réseaux électriques seront-ils assez performants pour fournir tout un pays ?  Permettront-elles une autonomie toujours plus longue ? Bien que les constructeurs travaillent sur ces sujets, d’autres solutions voient le jour avec la voiture à l’hydrogène ou encore la voiture solaire qui fait ses premiers pas ! Mais, ayant représenté 99.2% des ventes de véhicules neuf en 2017, les véhicules thermiques ont encore quelques belles années devant eux !

 

Facebooktwitterlinkedinmail