Au cœur de l’amélioration continue… le cycle PDCA, alias la roue de Deming !

8 Oct 2020 | L'innovation et les actualités

Retour

Julien, ingénieur qualité chez Coris Innovation vous explique aujourd’hui le processus d”amélioration continue avec un exemple très parlant !

Le processus d’amélioration continue est une démarche structurée continue consistant en un effort continu pour améliorer les produits, les services ou les processus. Ces efforts peuvent viser à apporter des petites améliorations à intervalles réguliers (de façon incrémentale) ou, au contraire, à regrouper toutes les améliorations dans une implémentation globale.

Conceptualisée dans les années 30 par Walter A. Shewhart, cette méthodologie d’amélioration continue a été ensuite popularisée par le statisticien William Edwards Deming qui l’a fait connaître aux industriels japonais dans les années 1950 sous l’appellation de cycle de Shewhart et qui est aujourd’hui reconnue comme étant :

 

Démarche d’utilisation du cycle PDCA

PDCA est l’acronyme d’une méthode comportant quatre étapes, chacune entraînant l’autre, et visant à établir un cercle vertueux. C’est un processus itératif et sa mise en place doit permettre d’améliorer sans cesse la qualité d’un processus, d’un produit, d’une œuvre, d’un service, etc.

1) Plan : préparer, planifier (ce que l’on va réaliser)
Cette étape se déroule généralement en trois phases :
– Identification du problème à résoudre ou du processus à améliorer ;
– Recherche des causes racines ;
– Recherche de solutions avec écriture du cahier des charges et établissement d’un planning.

2) Do : développer, réaliser, mettre en œuvre (le plus souvent, on commence par une phase de test)
C’est la phase de construction, de développement, de réalisation de l’œuvre.

3) Check : contrôler, vérifier
L’étape check consiste ensuite à contrôler l’aptitude de la solution mise en place à résoudre le problème ou à améliorer le processus.

4) Act or Adjust : agir, ajuster, réagir (si on a testé à l’étape do, on déploie lors de la phase act)
Enfin, la dernière phase consiste à passer à l’action, c’est-à-dire mettre en œuvre le changement étudié, ou bien reprendre le cycle à la première étape en utilisant la connaissance acquise au cours des cycles précédents.

Au-delà de l’amélioration de la qualité

Bien que le cycle PDCA ou roue de Deming soit le cœur même de tous les systèmes de management de la qualité (ISO9001, EN9100, ISO TS16949, …), contrairement à une idée répandue, il ne s’applique pas seulement à l’amélioration de la qualité.

En réalité, « Le cycle PDCA résume une philosophie de la connaissance qui peut être mise en parallèle avec la méthode scientifique définie au XIXe siècle par Claude Bernard (Introduction à l’étude de la médecine expérimentale). Ce n’est donc pas un outil à ranger parmi les outils traditionnels d’amélioration de la qualité mais le symbole même de toute démarche expérimentale rationnelle. »

C’est bien beau la théorie… et dans la pratique !

Concrètement, et pour bien comprendre l’enchainement et le lien entre ces quatre étapes, allons faire un tour en cuisine. Il est 19h30, les invités viennent d’arriver et vous allez pour la première fois préparer le fameux… Mojito.

  • La veille vous aviez décidé que vous endosseriez le costume d’apprenti barman. Vous avez donc trouvé une recette facile et avez fait les courses en conséquence : c’est l’étape Plan.
  • L’heure de l’apéro étant venue, il est temps de se mettre derrière le bar et de préparer les breuvages : c’est l’étape Do.
  • Santé ! Cheers ! Skål ! Avec fierté vous dégustez votre tout premier Mojito « Home-made ». Et… subtilement, pendant la dégustation, vous prenez gare aux commentaires, conseils et autres réactions de vos convives : c’est l’étape Check.
  • Enfin, à tête reposée, prenez le temps d’annoter votre recette, histoire de faire différemment la prochaine fois : c’est l’étape Act or Adjust.

L’œil avisé de Julien, consultant en qualité

 « Si le concept de base est simple et puissant, utiliser le cycle de façon correcte nécessite discipline et effort. »
Ce qui est le plus important, c’est faire tourner la roue de Deming de façon constante : avoir continuellement en tête un nouvel objectif d’amélioration ou d’apprentissage évolutif.